Formation Gonàowoo Dehshe : un pas de plus vers la réconciliation

  • Éducation

En 2022, le Collège Nordique a pris une initiative significative en proposant une formation intitulée Gonàowoo Dehshe qui signifie « notre mode de vie grandit » en Tłı̨chǫ yatıı̀. Cette formation visait à outiller les spécialistes de l’éducation à la petite enfance des Territoires du Nord-Ouest (TNO) à agir vers la réconciliation en se familiarisant à la culture Tłı̨cho. 

Le projet est né d’un constat crucial.   

Le manque de ressources et de formations en français aux TNO pour les personnes travaillant en petite enfance a motivé cette initiative. Son objectif principal ? Équiper les personnes éducatrices à agir envers la réconciliation. De nombreuses personnes immigrantes ou venantes d’ailleurs au Canada connaissent peu les peuples autochtones et leur culture. Ce projet visait donc à sensibiliser les personnes éducatrices francophones non-autochtones à la réalité de vivre et travailler sur des terres autochtones, à favoriser les rencontres avec des personnes autochtones, et à offrir un aperçu de la culture autochtone. 

La formation a été le fruit de la collaboration entre des membres de communautés autochtones des TNO, des spécialistes en petite enfance, et le CNF. 

De la salle de classe à la nature...

Le 12 janvier 2023, la formation a été dispensée à dix personnes éducatrices francophones des TNO. Le programme comprenait trois ateliers pratiques et un guide pédagogique, pour soutenir le personnel éducateur francophone dans leur démarche de réconciliation. 

Une première journée a été consacrée à l’histoire des peuples autochtones : les personnes participantes ont plongé dans l'histoire, de l’arrivée des colons à la réalité des effets de la colonisation aux TNO. Elles ont participé à l'exercice des couvertures dans l'enceinte du Collège, une activité poignante qui revisite les relations entre les premiers peuples et les colonisateurs à travers le regard autochtone. Cet exercice, accompagné de témoignages des personnes survivantes des pensionnats, a suscité de fortes émotions parmi les personnes présentes. Sarah Mbau, éducatrice à la garderie Plein Soleil, avait partagé son ressenti : 

« Franchement, ce matin, c’était vraiment très émotionnel. J’ai senti l'émotion et j’ai mal par rapport à l’histoire des peuples autochtones et tout ce qu’ils ont vécu ».  

Une autre participante a également souligné l'impact de cet exercice :

« J’ai appris avec l’exercice des couvertures que c’était plus réel en le faisant. Au lieu de juste en parler. C’était très touchant ». 

Suivant les conseils des membres autochtones du comité de consultation, cette activité émouvante a été suivie d’une marche médicinale. La formation a alors quitté l’enceinte du Collège, car dans la pédagogie dénée, on apprend de la nature, non pas dans des salles de classe. 

Des activités pratiques et enrichissantes pour la deuxième et troisième journée. 

Les journées suivantes se sont concentrées sur des activités comme le filetage de poissons ou la préparation de bannique, encadrées par des personnes ainées et détentrices de savoir déné. Ces activités ont permis aux personnes participantes de s'immerger dans les traditions et savoir-faire autochtones, loin des salles de classe et des manuels scolaires.  

« J’ai appris comment couper et fileter un poisson » a déclaré une éducatrice.  

Cette approche pratique a été renforcée par la présence de deux interprètes, facilitant la communication entre les personnes autochtones anglophones et les personnes participantes francophones. 

Résultats et impact de la formation.

La formation Gonàowoo Dehshe a pleinement atteint ses objectifs. Les personnes participantes ont pu exprimer leurs impressions, observations et leçons tirées de cette formation à travers un sondage anonyme, soulignant notamment qu'elles s’étaient plongées dans la culture grâce aux salutations dénées chaleureuses et histoires autochtones. Elles soulignaient aussi avoir acquis de nouvelles connaissances, telles que la gratitude envers la nature et la reconnaissance de ce qu’elle vous offre, et elles ont finalement tissé des liens avec des membres des communautés dénées. 

Grâce à cette formation, les personnes éducatrices se sentent désormais mieux outillées pour intégrer des activités et perspectives autochtones dans leur enseignement. À la fin de la formation, deux éducatrices déclaraient :

« Désormais, je pense faire l’activité du hugging circle avec les enfants à l’extérieur de la garderie » et « Je vais introduire plus de livres sur les cultures autochtones, plus de marche dans la forêt et dans la nature ».

Marie-France Lanteigne, directrice de la formation et de la réussite étudiante au Collège Nordique, avait constaté avec satisfaction l'ouverture d'esprit et la volonté d’apprentissage des personnes participantes :

« On voit qu’il y a une ouverture, les gens veulent apprendre, alors c’est positif ».  

Un pas de plus vers la réconciliation.

La formation Gonàowoo Dehshe marque un pas important vers la réconciliation en éducation de la petite enfance dans les TNO. En intégrant les savoirs et perspectives autochtones, cette initiative renforce les capacités du personnel éducateur francophone à transmettre une éducation plus respectueuse et inclusive. Le CNF, en collaboration avec les communautés autochtones, continue d'œuvrer pour un avenir où la diversité culturelle est non seulement reconnue, mais aussi célébrée et intégrée dans l'éducation des plus jeunes. 

Si vous souhaitez consulter toutes les offres de formations en petite enfance du CNF : 

Si vous souhaitez lire les articles de Radio-Canada et CBC News sur la formation Gonàowoo Dehshe :